Projet documentaire

INTENTION DOCUMENTAIRE

Notre projet de fiction-documentaire s’insère dans le très large cadre des thèmes qui occupent la réflexion planétaire de ce début de siècle: le climat, l’environnement, les ressources naturelles et l’avenir de l’homme.

Nous avons choisi ce format afin de transmettre, à travers une histoire fictive (généralement mieux perçue par le grand public), notre message de façon plus touchante qu'un pure documentaire scientifique. Ce format nous permet de sensibiliser le spectateur aux éléments de la recherche qui lui sont présentés dans un environnement cinématographique plaisant et intéressant.

Sur une minuscule terre isolée et oubliée des grands courants qui agitent le monde, se déroule un mini-drame qui symbolise dans son acuité et simplicité la grande question du devenir de l’Humanité.

Aux Comores survivent quelques rares espèces animales et végétales dont l’existence est confinée à de rudes rochers volcaniques émergeant au milieu d’un océan capricieux. Situées dans un couloir cyclonique, dans le canal du Mozambique, les îles Comores ont vu s’échouer sur leurs rivages déchiquetées des hommes et femmes à la dérive de l’Afrique et plus tard, des populations venues de très loin: le golfe arabo-persan ou les proto-malgaches.

Durant des millénaires, faune et flore ont évolué en s’adaptant aux conditions du lieu. Elles se sont diversifiées dans une interaction naturelle, aboutissant à un équilibre et une richesse caractérisés par une dépendance vitale l’une par rapport à l’autre.

Puis l’homme est arrivé...

Un des éléments qui symbolise le mieux l’impact de cet événement - qui nous a fasciné - se retrouve dans le phénomène d’extinction en cours d’un animal unique aux Comores qui, avec sa disparition par l’actions des hommes, entrainera sans nul doute le déclin des actuels habitants de cesîles, hommes, végétaux et animaux confondus.

Notre présente fiction-documentaire se charge de dépeindre cette tragédie à travers la description et l’histoire de la grande chauve-souris frugivore des Comores, nommée “Livingstone Bat” de l’ordre des Megachiroptères, actuellement réduite à plus ou moins 800 individus ne survivant nul part ailleurs sur notre planète.

Notre narration fictive met en scène cette lutte primitive des espèces en quête de conservation et d’expansion propre à l’Homme en particulier. Dans le cadre des îles Comores, cette lutte prend un aspect dramatique relatif au confinement des acteurs dans une limite presque carcérale délimitée par
la géographie et topographie du terrain. Comme dans un laboratoire, les êtres et la nature sont condamnés à vivre ensembles avec nulle porte de sortie.

Dans ce bouillonnement grandeur nature, l’homme prend les initiatives comme espèce dominante, et la chauve-souris Livingston devient le témoin de ses actions irréfléchies mais aussi sa victime pourchassée. Sur ce sujet, plusieurs études et observations ont été conduites par d'éminents chercheurs, universitaires, institutions et ONG. En particulier, la Durrell Wildlife Conservation Trust a produit des rapports exhaustifs sur la situation de la chuve-souris Livingstone aux Comores. Notre narration documentaire tiendra compte de toutes les recommandations et données scientifiques sur le sujet.

Cependant, l’ensemble de cette confrontation tendra à établir le désir et la possibilité d’une issue positive par la prise de conscience humaine de son appartenance à l’ensemble de la Nature planétaire dont il est un maillon privilégié de la chaîne, avec la responsabilité qui en découle.

C’est au travers des yeux de Asha (la chauve-souris mère) que nous suivrons le déroulement de l’action entreprise par Mosi Mbimu, un petit garçon comorien de 12 ans habitant un pauvre village de pêcheurs sur les côtes de Mohélie, une des 8 îles de l’archipel des Comores.

Notre narration visuelle sera partagée entre des vues d’en-haut (plongée) alternées de vues d’en-bas (contre-plongée). On établira un dialogue, ou encore une dialectique verticale, entre les protagonistes. Comme lors d’un examen au microscope, l’histoire commence par un survol de l’ensemble du territoire, objet de notre intérêt, pour finir au sein du comportment des éléments cellulaires qui le composent.

Les paraboles font partie intégrante de cette proposition documentaire sous forme de fiction. Ainsi, une réflexion spirituelle se juxtapose à la réalité terrestre telle que “entendue” par l’esprit humain. La survivance doit-elle passer obligatoirement par l’élimination de ce qui est “perçu” comme concurrent à sa pré-domination ? Ou peut-être existe-il une voie plus harmonieuse dont les bénéfices pour l’homme relèvent de la pérennité de l’ensemble dont il fait partie et qu’il est incapable de définir ?

Dans une optique plus serrée et actuelle, ce documentaire établi un lien direct entre les actions humaines dictées par l’incompréhension et la réalité de la condition humaine sur Terre. Asha représente l’Univers et sa longue évolution en même temps que son futur. Mosi représente le virus humain destructeur mais capable d’évolution vers une bactérie constructive. Que lui manque-t’il pour ce faire ?

La Science, ou la Foi ?...
Ou les deux peut-être !
Indissociables...

Ray Sabbah

 

  

0045 livingstonii in captivity by a pingstone

 

 

 

 

  

0016 grande comore shore

 

 

 

  

 

0015 grande comore aerial