Accueil

INTRODUCTION:

La disparition de la Mégachiroptère, une espèce très rare à la limite de l'extinction, aurait un impacte unique et dramatique sur les populations partageant son environnement. Cela a provoqué notre intérêt dans la recherche et la série d'études approfondies, supportées par la production d'un vidéo documentaire.

L'objet de cette entreprise ne se limite pas au divertissement, mais insiste sur le besoin impératif de documenter la situation de la Mégachiroptère (chauve-souris Livingstone), des îles Comores et de l'environnement microcosmique dans lequel êtres humains, faune et flore évoluent de façon interdépendante et de laquelle leur futur dépend.

Ce site web entend réunir tous les intervenants intéressés à apporter leur contribution à une meilleure connaissance de l'interdépendance entre les hommes et la nature. De plus, à travers cette collaboration, nous cherchons à développer une démarche et des programmes produisant une approche positive pour un meilleur avenir. 

 

LE SUJET:

Survivant exclusivement dans deux des îles Comores, la chauve-souris Livingston est un Megachiroptère décrit par l'ONG Durell Wildlife Conservation Trust ainsi :

L’Union Mondiale pour la Conservation (IUCN) classifie actuellement la chauve-souris frugivore Livingstone en danger critique sur la liste des données en rouge (2000), conformément à l'avis du groupe de spécialistes de la chauve-souris de l'IUCN. Ceci indiut qu'il existe un risque extrême d'extinction dans le milieu naturel et dans un avenir immédiat. L’espèce est égalementé présente sous l'annexe I de la chauve-souris LIVINGSTON CITES (la Convention sur le commerce international des espèces menacées de la faune et de la flore sauvages), qui dispose des moyens et degrés les plus élevés de protection contre n'importe quel commerce international.

Depuis que nous avons pris connaissance de cette créature et de son interaction significative avec l'environnement et les habitants des îles de Comores, nous avons décidé qu'il vallait la peine de mettre sous les projecteurs son histoire dramatique et aider par conséquent à éviter la future catastrophe en préparation sous nos yeux.

La chauve-souris est généralement mal perçue par le public. Elle déclenche fréquemment une crainte injustifiée ou l'indifférence dans le meilleur des scénarios. Dans l'hémisphère sud elle est tout naturellement une proie chassée par les populations appauvries. Cependant, il a été clairement démontré que la microchiroptère (Roussette) insectivore commune, participe à la diminution ou le contrôle de la prolifération des vecteurs de maladies sérieuses comme le paludisme endémique (Plasmodium Falciparum et Vivax) - transmis par les anophèles , ou autres insectes vecteurs d’infections épidémiques.

De la même manière, mais dans des secteurs géographiquement plus réduits, donc précieux, la megachiroptère frugivore est l'un des acteurs principaux - avec les oiseaux indigènes - de la régénération végétale et de la pérénité des forêts primaires, où elle répand graines et pollen. Cependant, le nombre limité de ces représentants d'espèce et leur dépendance exclusive à un environnement donné, les rendent plus vulnérables - et donc plus menacés d’extinction - que le reste de la lignée de Chiroptères.

La situation particulière des îles de Comores dans leur isolement au milieu d’un océan capricieux et climat parfois extrême , doublé d'une topographie volcanique torturée, induit des relations complexes entre les humains et leur environnement. Comparables aux observations sous microscope dans un laboratoire, éliminer n'importe quel constituant du noyau principal conduirait à l’effondrement de la structure entière!

Dans notre proposition documentaire nous démontrerons de façon éloquente comment la chauve-souris Livingstone participe à l'équilibre d'une île nourricière pour les humains et quelles seraient les conséquences catastrophiques faisant suite à son éventuelle extinction - sans mentionner la perte scientifique pour l’Humanité. Nous avons déjà repéré des secteurs où la disparition - par la déforestation - des zones primaires incluant sa faune a eu comme conséquence la désertification de la terre rendue même impropre à l’agriculture.

Notre intention est de questionner les consciences et de définir proprement le lien réel qui unit le développement humain à la Nature, en particulier dans cet environnement microcosmique des îles Comores. Cette approche pourrait s’appliquer partout ailleurs où les questions sociales et économiques font face à la problématique environementale sur notre planète. Nous démontrerons comment le gain à court terme aux dépens de l'environnement compromettra assurément sa viabililé à long terme, alors que la compréhension de la chaîne universelle de vie exige des compromis minimes dans le processus du développement humain.

 

 POINT DE DEPART:

Janvier 2009, nous sommes chargés de produire une présentation audio-visuelle dans la cadre de la Conférence Internationale pour le Développement de l'Union des Comores. Cette présentation exposait la situation sociale et économique des îles comoriennes et insistait sur le besoin d'investissements dans les secteurs structurels et éducatifs en particulier. Le projet soutenu par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a rencontré un franc succès avec une présentation audio-visuelle en langues française, anglaise et arabe diffusée exclusivement au sein des débats de la Conférence.

Lors de cette production, nous avons constaté l’étonnante richesse de l'environnement humain et naturel des îles. Parmi les nombreuses découvertes, nous nous sommes interessés à la chauve-souris Livingston et la situation critique qu'elle connait en tant qu’espèce unique et menacée. Après le tournage, nous avons décidé d'initier des recherches qui menèrent après un an, à l'étape de développement de la présente proposition pour un projet documentaire. 

Alors que nous élaborons cette nouvelle version 2015 du documentaire, étoffée de recherches et de notre présentation video, nous tenons à préciser qu'aucun des supports images et videos n'a été prévu, filmé ou produit à cet effet. Techniquement parlant, appareils photo et équipement de tournage avaient été sélectionnés lors la production 2009 pour filmer principalement des entrevues, des plans larges et des inserts visuels. Nous n’avions d'aucune manière anticipé ce que nous allions découvrir au cours de notre entreprise, et c’est rétrospectivement que nous regrettons l'équipement d’alors, inadapté notamment pour les prises de vue dans les régions difficiles d’accès et l'environnement des forêts tropicales.

La chauve-souris "Livingston" préfère nicher dans les hauteurs des forêts de montagne, inaccessibles dans les circonstances et conditions d’alors. La plupart des chauves-souris apparaissant dans nos documents sont de la plus petite espèce (Rousettus Obliviosus) assez commune que l'on trouve parfois en zones habitées urbaines et rurales, à l’exception de quelques fois où lors de nos repérage, nous avons identifié des chauves-souris Livingston juvéniles (Pteropus Livingstonii).

 

L'AVENTURE COMMENCE ICI:

Le but de cette présentation est de déclencher l'intérêt au sein de la communauté impliquée par le sujet présent; par exemple, les chercheurs, les universitaires, les O.N.G., les supports financiers au développement, les animateurs, les établissements d'enseignement, etc.

De la même façon, nous vous invitons, chers lecteurs et lectrices, à commenter et contribuer avec votre propre savoir du sujet, à l’établissement d’une argumentation collaborative et solide afin de soutenir et justifier la réalisation de ce projet documentaire.

À tous les contributeurs présents et futurs, nos plus sincères remerciements.

 

 

 

 

0020 comoros location

 

 

 

 

 

 

0001 livingston fruit bat of the comoros

 

 

 

 

 

0013 anjouan river

 

 

 

 

 

 

0030 09 filming team 2009

 

 

 

 

 

 

0014 anjouan shore